Quel plaisir de travailler pour vous

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Huma Old School

Fil des billets

mercredi 26 février 2014

«Mon cher, vous êtes obsédé par cette opération»

Un article de Michel Mavro dans l'Humanité du 9 septembre 1986

Un article de Michel Mavro paru dans l'Humanité du 9 septembre 1986.
Bonus du papier Gattaz & fils, bluff repetita placent.

vendredi 29 mai 2009

Mauvais garçons

Ils ont des façons pas très catholiques. Ce sont des méchants petits gars qui font des dégâts sitôt qu'ils s'expliquent. Non, les «Conti», ils ne sont pas aimés des grands bourgeois qui nagent dans la joie.

Au volant de sa voiture allemande, madame s'enfonce sous le siège. «Putain, les mecs, c'est une bourge, en plus!» Un sacré micmac que la conductrice, un brin tétanisée, provoque avec sa bagnole plantée au beau milieu du décor: des véhicules en pagaille, des camions au milieu du passage à niveaux, et devant l'entrée de l'usine condamnée par le fabricant de pneumatiques allemand, une foule de «Conti» qui chuinte, qui siffle, puis qui hurle. Huit à neuf cents paires d'yeux, celles des salariés de Continental presque tous réunis, mercredi après-midi, pour une assemblée générale «hyper importante», surveillent l'intruse. «Tu te recules maintenant», intime un responsable, badgé, du comité de lutte. «Casse-toi, pauv'conne», insiste, rigolard, un autre. Un peu plus loin, quelques travailleurs des sous-traitants implantés à Clairoix chez Smile (35 salariés, palettisation, cryogénie des moules et ensachage) ou d'UTI (37 salariés, logistique) échangent les très maigres informations dont ils disposent. «Nous, on a un contrat avec Continental qui arrive à expiration en juin, souffle Julien Sabourault, délégué CFTC de Smile, mais alors que ça concerne une vingtaine de salariés, on ne sait toujours pas s'il va être prolongé...» Un des gars d'UTI opine du bonnet: «On est rémunérés à 100 % jusqu'à la fin du mois, mais après, c'est le grand trou noir, on ne sait pas si on passe au chômage partiel, on ne nous dit rien de rien.»

Lire la suite...